Renaudot            inove
 

 
Pendant la Fronde, Renaudot est obligé de suivre la famille royale hors de Paris. Au cas où celle-ci triompherait, les fils Renaudot impriment à Paris un périodique favorable aux frondeurs: Le Courrier François: une première!

        

 Nouvelle France
 Dans les Nouvelles Ordinaires reprises par Renaudot, on trouve, dans le numéro du 16 janvier 1632, l'article suivant: "De la Rochelle - Il se fait ici un embarquement pour aller à ce mois de Mars en la Nouvelle France. C'est une terre neuve, propre à froment et légumes, où tous autres fruits croissent comme en France, riche en mines d'argent, cuivre et fer, par tout plantée d'arbres de hautes fustayes d'extreme grosseur et hauteur, feconde en prairies a nourrir toute sorte de bestail et d'une mer fort poissonneuse, et où se peschent force saumons, esturgeons et moulües. La navigation y est seure, et personne ne pretend rien en ce païs la depuis cent ans qu'il est aux François. Ce qui paroist en ce que tous les ans, 800 vaisseaux y vont et reviennent sans péril, avec 30 pour cent de profit de leurs pesches.  Le royaume de Lacadie ou la colonie doit habiter, est à mesme hauteur que Bourdeaux et Marseille. On y va ordinairement en un mois. La compagnie authorisee de sa Majesté, pour l'exécution de ce beau dessin promet pour chaque mille escus qu'y voudront employer ceux qui aiment ceste sorte de trafic, de leur faire trouver autres mille escus de profit au bout de trois ans par chacun an ..."

 

Théophraste Renaudot

 

L'ancêtre du journal scientifique

 

                                                   Page 4

Un empire de presse

 

 

Renaudot reprend à son compte les Nouvelles Ordinaires, édite des Extraordinaires entre deux Gazettes quand l’actualité l’exige, ainsi qu’un mensuel, Relations des Nouvelles du Monde et une feuille d’annonces. Gazette et Nouvelles auront également des éditions régionales.
___________________________________

 

Gaston, frère du Roi, toujours à comploter contre Louis 13, trouve porte close devant Dijon.
« Extraict d’une lettre escrite au Roy par les Maire & Eschevins de Dijon du 22 juin 1632…Par leurs lettres precedentes, ils avoyent fait entendre à sa Majesté les aproches de Monsieur vers leur ville, que lors, ils n’estoyent que dans les apprehensions du mal, mais que maintenant, ils en sentoyent les effets. S.A. s’estant logée aux environs de ladite ville avec ses troupes qui commettent toutes sortes d’hostilitez par le feu, rançonnemens, violemens & tout ce que la licence peut permettre aux plus grands ennemis de l’Etat… »
Relations des Nouvelles du Monde, juin 1632.

___________________________________

 

CONFERENCES DU BUREAU D'ADRESSE

Tous les lundis, dans son bureau d’adresse, à partir de 1634, Renaudot réunissait les plus beaux esprits de son temps pour tenir des conférences scientifiques ou philosophiques. Il en notait le contenu mais c’est son fils Eusèbe qui les fit imprimer sous le titre de Recueil Général des questions traittées és Conférences du Bureau d’Addresse, dès 1656, en cinq tomes. Ce fut, à n’en pas douter, la première ébauche du journal scientifique. Ces conférences, présentées par de nombrex beaux esprits, restèrent anonymes dans les recueils. Renaudot nous indique que c'est à la demande des savants, que leurs noms ne sont pas cités.
___________________________________

 

Voici, par exemple la 327è Conférence du Lundy 14 avril 1642 : « Des Atomes ~C’est une verité qui n’a jamais esté contestée des Philosophes, qu’il doit y avoir des Principes dont les corps naturels soient composez… A Démocrite on attribue les Atomes, ainsi nommez pour leur petitesse qui les rend indivisibles et incapables d’estre separez et partagez en d’autres moindres parcelles… Ces Atomes passent pour principes des corps naturels, ceux-cy nous seront entièrement inconnus, estans faits de principes infinis, lesquels ne pouvans tomber sous nostre connoissance… ».

        

  L'info gratuite sur Aquadesign