Canards    Page 1
  
      

              

Histoire espouvantable ...!

 

"Paris est le spectacle d'étranges tragédies qui se jouèrent entre le Diable et deux Magiciens le 11 mars, jour du Mardi saint dernier 1615. L'un de ces deux misérables qui ont servi de proie aux Démons se nommait César. C'est lui qui avait prédit la mort du Maréchal de Biron... Ce fut alors qu'il fut fait prisonnier sur ce qu'on l'accusait d'avoir fait une image de cire pour faire mourir en langueur un certain Gentilhomme, de laquelle accusation, par le moyen de son Démon, il fut envoyé absout... Il fut soupçonné une autre fois d'avoir donné quelques filtres et Potions amatoires a un jeune homme pour le faire jouir d'une fille à laquelle il fit un enfant... Enfin tant de maux ne pouvant demeurer impunis, il y a près de deux mois qu'il fut remis en prison dans la Bastille pour s'être vanté d'avoir chevauché au Sabbat, une grande Dame de la Cour... Ce Démon, dès qu'il vit que l'on avait tiré beaucoup de preuves contre lui et qu'il était en danger de perdre sa proie, vint samedi dernier, en la nuit, avec un grand tintamarre qui épouvanta fort les autres prisonniers et dit avec une voix effroyable, et bien César, il est temps que tu viennes avec moi... Le jour venu, il fit paraître sa lumière dans la chambre, par une fenêtre, qui fit voir ce misérable Dueliste mort..."

A partir d'avril 1589, Henri 3 va s'allier à Henri de Navarre et aux Protestants pour lutter contre la Ligue, ce qui va causer sa perte.

         

L'info gratuite sur Aquadesign

     

 

        Château de Doulevant en Bourgogne

 

Premières publications


 

L’introduction de l’imprimerie en France, autour de 1450, permet la diffusion de livres, de petites plaquettes imprimées appelées "occasionnels" contenant des récits de batailles et de « canards » rois des faits-divers plus ou moins arrangés… Protestants et Catholiques s’écharpent dans le pays…

___________________________________
 

Occasionnel datant de 1589:
« Nous receusmes lettres des Maires & Eschevins de Troyes, que le sammedy vingtdeuxieme Avril, que ledict Sieur de Hautefort accompagné des susdicts Capitaines, ayant pris le Chasteau de Marzac en Champagne, tenait assiegé le Chasteau de Chappes appartenant au Mareschal d’Aumont, lequel il eust emporté le jour mesme, n’eust esté qu’il receut advis que Sautour estoit sorty de Chaalons avec sept cens harquebusiers, deux cens chevaux & deux pièces d’artillerie…

En mesme temps les Sieurs de Landrecy, Lante, Chatollet et autres ennemis tenaient assiege le chasteau de Doulevant en Bourgogne et, ne l'ayant pu emporter d'emblee: ce que entendu par les Sieurs de Feruaques, de Gionuelle, Belleguise et Montigny, avec le regiment du Baron de Viteaux se joignirent et donnerent secours à ceste place si à propos qu'ils deffirent toute l'infanterie ennemie de laquelle il demeura huit cens hommes morts sur place...».
___________________________________

Les canards sont plus moralisateurs et moins vérifiables tel le « Discours véritable d’un usurier de Remilly en Savoye : Le peché d’avarice a esté tellement odieux …que plusieurs philosophes ont tenu ce vice en horreur…Par les deserts, bois et montaignes, les plus horribles et farouches bestes de toutes sont les Ours et Lyons, par les villes et citez, les usuriez et avaricieux. Depuis que l’homme s’adonne à ce misérable vice, il oublie son Dieu, ensemble toute charité luy deffaillent, tout ses soucis ne sont autres sinon que de viser à la totalle ruïne de ses prochains, le diable le tient tellement lié que bien souvent ce voyant privés de ces désirs, il entre en desespoir comme par exemple pourrez voir par cette histoire tres veritable, arrivé le 16 May année présente 1604. A Remilly petite ville de Savoye d’un usurier nommé Pierre de l’Ormo de l’aage de cinquante quatre ans, ou environ, asses riche en grain, bestail, argent, inmeubles… Il chercha un autre expedient. Comme l’on avoyt parachevé la culiette il acheptoit des pauvres necessiteux, où prenoit en payment de ces débiteurs du grain faisant des greniers, au vendanges, de mesme du vin, puis attendoit une cherté pour debiter ces denrées estimant les vendre trois ou quatre foys plus qu’il ne les avoit achettée : mais ces malheureux dessin ne vindrent pas à son souhait. Par la providence les années consécutives furent fertilles en telle sorte qu’à tout coup ce misérable entroit au désespoir…Il va a son estable, detache sa jument pour s’attacher de son licol, il passe la corde et l’attache à un eschelon d’une grande eschelle, il monte et ce met ce sale ordre de desespoir au col, puis se lansant en bas après s’estre quelque peu débattu finit ainsi sa misérable vie… ».



 

 D'autres publications appelées PAMPHLETS, circulent discrètement et visent à critiquer un personnage important. Dans celui-ci, le roi Henri 3 est accusé de nombreux maux:"... Dès son retour de Pologne, il fit des traits qui présagèrent évidemment que son règne nous serait funeste: mais aussi faut-il reconnaître que le cadet des Valois, avec ses charmes et sorcelleries a, je ne veux dire empiré l'âme méchante de ce cruel tyran, laquelle ne valut jamais rien... Mon ami, je te réponds que ce qu'il semble incliner du parti des Huguenots, ce n'est pour aucune bonne affection qu'il leur porte, seulement pour nourrir la division qui est en notre religion... Enfin, dans son propre cabinet, il fait cruellement meurtrir ces pauvres princes de Guise qui ne lui avaient fait aucun tort..."

 

                

création déposée http://www.copyrightfrance.com

Jean-Pierre Boudet

 

 

 

Un occasionnel de 1589 d'époque Henri 3

 

 

 

Un canard de 1606, du temps d'Henri 4

 

 

 

 
MEDIATHEQUE Louis Aragon de Tarbes:

"Bailler un canard signifiait autrefois raconter un mensonge..."

 

Paru en 1993 chez Fayard, l'ouvrage de Maurice Lever nous détaille, gravures à l'appui, le contenu riche de faits-divers des premiers occasionnels. Un livre édifiant sur ce que l'on tentait de faire croire aux Français du 15è siècle...

Défilé de la ligue célébrant l'échec d'Henri 4 devant les murs de Paris en 1590